Histoire

Vous pouvez vous faire une idée de notre expérience de longue date:

1808

Le 5 mars, Petrus Jacobus Kipp naît à Utrecht, aux Pays-Bas

1829

Après une thèse sur sept substances, P.J. Kipp obtient son diplôme de pharmacien (cette thèse est redécouverte par hasard en 2004 dans les dossiers d’une ancienne pharmacie de la ville d’Utrecht et cette thèse est achetée par la ville de Delft).

1830

Kipp achète une pharmacie à Delft, près de la vieille église. Pour augmenter ses revenus, il commence à commercialiser des instruments sous le nom de Kipp.

1842

Le roi Willem II crée l’Académie Royale à Delft (l’actuelle Université Technologique de Delft). M. Kipp a des amis qui font partie de cette Académie et  qui apprécient ses conseils et ses idées. Il s’investit également dans plusieurs commissions et associations. Pour détecter de l’arsenic dans une matière vivante, il utilise un générateur de gaz H2S fabriqué par  Marsh en 1836, mais Kipp n’est pas satisfait du design de cet instrument.

1844

Kipp publie deux modèles de gazogènes dans une revue hollandaise. Ces deux modèles de générateurs de gaz sont fabriqués à La Haye par le souffleur de verre allemand Geissler, mais seul le deuxième modèle est satisfaisant.
Dans l’intervalle, il parcourt l’Europe, surtout la France, l’Angleterre et l’Allemagne, à la recherche de nouveaux instruments.

1850

Premier catalogue pour instruments de physique, chimie et médecine (plus de 1 000 articles) en hollandais et en français. Divers articles figurent parmi la liste : des petites spatules mais aussi des télescopes astronomiques (achromat de Munich) dotés d’un dispositif de pointage précis comme une horloge.

1864

Après la mort soudaine de Kipp en février, sa veuve et un de ses fils poursuivent la commercialisation des instruments et l’entreprise change de nom pour devenir  Kipp & Zoon (fils) pendant deux années.

1865

A la suite d’une mission japonaise en Hollande (et à Delft), des instruments commencent à être exportés au Japon et même une expédition à destination de la Chine (visant à améliorer des digues) est partiellement équipée par Kipp & Zoon.

1866

Les deux fils, Anthonius Johannes (fabricant d’instruments) et Wilhelmus Arnoldus (pharmacien), continuent à gérer la société sous le nom de  Kipp & Zonen (fils). Quelques années plus tard, l’entreprise Kipp & Zonen achète trois locaux situés derrière la pharmacie pour loger son directeur de fabrication des instruments, M. A. Filbry.

1880

La société prend un nouveau tournant quand M. Jan Willem Giltay ferme son atelier à Dordrecht et vient à Delft pour gérer la fabrication des instruments. Giltay, qui a étudié la physique en Allemagne pendant deux ans, s’intéresse vivement aux toutes dernières technologies et construit lui-même un phonographe et des téléphones dès 1878. La réparation d’un phonographe de l’Université de Delft, effectuée  par Giltay, impressionne Anthonius Kipp.

1887

Anthonius Kipp prend sa retraite et Giltay devient le propriétaire de la société nommée P.J. Kipp & Zonen, J.W. Giltay Opvolger (successeur). Wilhelmus Arnoldus continue à tenir la pharmacie, qui existe toujours sous le même nom. Et au même endroit jusqu’en janvier 2008!

1910

Otto Ankersmit (25 ans), que Giltay a rencontré grâce à son ancienne école technologique, intègre la société. A cette époque, l’atelier fabrique principalement des téléphones et des accessoires destinés à des entreprises ferroviaires des Pays-Bas et des Indes orientales.

1913

Cette année-là, un autre homme originaire d’Utrecht apporte une nouvelle impulsion à l’entreprise. Dr. W.J.H. Moll, un scientifique de l’Université d’Utrecht, contacte la société Kipp & Zonen pour lui montrer des innovations; un galvanomètre à miroir sensible et une pile thermoélectrique à forte sensibilité. M. Ankersmit est impressionné et commence à fabriquer ces deux instruments, ce qui aboutit finalement à une nouvelle gamme complète d’instruments scientifiques.

1918

Pour faire de la place dans l’atelier de production du galvanomètre et de la pile thermoélectrique, M. Ankersmit décide de transférer les fabrications téléphoniques dans une nouvelle usine pour séparer les activités. Cependant, trois ans plus tard, l’usine de téléphonie fait faillite à cause d’une pénurie de métaux, alliages et autres matériaux provoquée par la Guerre Mondiale.

1923

Prof. Dr. Moll fait la promotion de la pile thermoélectrique au cours d’un congrès météorologique à Utrecht. Dr. Ladislas Gorczynski (météo de Varsovie) est intéressé et fabrique un pyrhéliomètre thermoélectrique, puis présente les premières courbes quotidiennes du rayonnement solaire direct avec son galvanomètre enregistreur.

1927

Le premier catalogue Kipp est publié, présentant des "solarimètres et pyrhéliomètres" et des bobines de photographie pour enregistrer l’intensité du rayonnement solaire direct et global.

1930

Lors du centenaire de la société, M. Ankersmit affirme que la production des instruments Kipp & Zonen se base sur le principe Moll. La société est en bonne santé, comptant 46 ouvriers, 28 employés de bureaux et 6 vendeurs, alors que la dépression mondiale est déjà en cours.

1931

La société Kipp & Zonen de Delft externalise son commerce de produits chimiques et de verrerie en le confiant à N.V. v/h G.B. Salm, Amsterdam. Cette entreprise commune se nomme N.V. Salm-Kipp et existe toujours sous le nom de Salm en Kipp B.V. à Breukelen (Brooklyn!) près d’Utrecht.
Kipp & Zonen fabrique alors principalement des instruments scientifiques qui se composent souvent de détecteurs à pile thermoélectrique et de galvanomètres à miroir dotés de bobines enregistreuses. On trouve aussi des micro-photomètres et des grands spectrographes IR enregistreurs qui se basent sur les découvertes des scientifiques hollandais M. Zernike, M. van Cittert et M. van Heel.

1945

Après la deuxième guerre mondiale, des scientifiques médicaux contactent Kipp & Zonen pour la conception d’équipements pour leurs hôpitaux, tels que des diaféromètres destinés à mesurer le CO2 et l’O2, des oxymètres pour O2 dans le sang et des photomètres à flamme.

1963

Kipp & Zonen quitte les locaux situés derrière l’ancienne pharmacie pour emménager dans une nouvelle usine moderne dans la banlieue de Delft. Entre temps, l’entreprise ne se contente pas de fabriquer des galvanomètres, elle développe également une gamme d’enregistreurs électroniques qui connaît une croissance rapide.

1975

La gamme de produits est trop diversifiée, alors tout le matériel d’analyse chimique est transféré dans une nouvelle société indépendante appelée Kipp Analytica, qui fera malheureusement faillite 5 ans plus tard. Kipp & Zonen B.V. se limite à la production d’enregistreurs graphiques, de galvanomètres et de détecteurs de rayonnement à base de piles thermoélectriques. Seuls 50 détecteurs sont vendus en une année et cela représente 1% des ventes totales. La fin de la production de la pile thermoélectrique est envisagée. Cependant, la crise du pétrole de 1973 et l’automatisation de l’horticulture en Hollande sont à l’initiative d’une demande croissante en détecteurs fiables de rayonnement solaire et le chiffre d’affaires est décuplé.

1989

Jusqu’à cette date, les piles thermoélectriques Moll, fabriquées à la main, forment la base du matériel de rayonnement solaire. A cette époque, les piles thermoélectriques à feuilles polyamides plaquées par galvanoplastie deviennent utilisables et les CM1, CM5, CM6B et CM3 sont développés. Les piles thermoélectriques à semi-conducteur sont maintenant utilisées avec les pyranomètres CM 21 et CM 22 et le pyrhéliomètre CH 1 qui présentent plus de caractéristiques scientifiques.

1996

La société canadienne SCI-TEC Instruments achète la société Kipp & Zonen B.V. et ses bureaux de vente. Cette  société fabrique le spectrophotomètre d’ozone Brewer, développé au Canada par l’Université de Toronto, qui était destiné à l’origine au service météorologique du Canada. Le Brewer est déjà un instrument de référence pour le contrôle global de l’épaisseur de la couche d’ozone.

2000

On prend la décision de modifier le nom de la société de portefeuille SCI-TEC Instruments au profit d’une raison sociale plus connue, Kipp & Zonen Inc, qui est cotée à la bourse de Toronto.

2005

Célébration de notre175ème anniversaire.

Aujourd’hui

En raison d’une demande décroissante en enregistreurs, la science solaire et atmosphérique est devenue le marché central de Kipp & Zonen. La production du spectrophotomètre Brewer a été transférée à  Delft  et des instruments nouveaux élargissent la gamme de produits, comme par exemple le scintillomètre à grande ouverture (LAS) qui a été développé suit à un partenariat avec  l’Université Wageningen en Hollande.

La société continue à explorer de nouvelles technologies et à répondre aux défis d’un environnement en constante évolution, auxquels les scientifiques d’aujourd’hui et de demain devront faire face.